Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jul

Le Très-Bas de Christian Bobin

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

Le Très-Bas de Christian Bobin

.

Editions Folio - 130 pages
Littérature française


Le Très-Bas n'est pas une biographie ni une hagiographie comme les autres. C'est une promenade, telle que Bobin les affectionne, au coeur de l'âme, celle de ce beau jeune homme qu'était François d'Assise. Il en visite les images les moins connues : celle de l'enfance dont les Textes ne disent rien, celle du jouisseur de la vie et de ses plaisirs, rêvant de chevalerie et de belles princesses. Il cueille au passage les couleurs et les étoiles que contient chacun de ses livres : la beauté des mères, l'amour, l'éternel, la joie, l'enfant, l'ange et le sourire de Dieu. Si François d'Assise est un saint, c'est parce qu'il est un "merveilleux conducteur de joie" et parce qu'il a compris que "la vérité n'est pas dans la connaissance qu'on en prend mais dans la jouissance qu'elle donne".

MON AVIS : 

En nous parlant de la figure de Saint François d'Assises, Christian Bobin évoque sa doctrine, sa joie de vivre mais aussi son regard rassurant et audacieux. Une oeuvre érudite et documentée qui, en prenant le parti du plus bas, de l'humain et de l'invisible, nous porte jusqu'aux confins de l'âme humaine à la recherche de l'essence même des êtres. Une écriture comme toujours maîtrisée, faite de souffle et de lumière. Une très belle oeuvre.

-Challenge Ma Pal fond au soleil éd. 2 : 4/10

L'enfant partit avec l'ange et le chien suivit derrière. Dans cette phrase vous ne voyez ni l'ange ni l'enfant. Vous voyez le chien seulement, vous devinez son humeur joyeuse, vous le regardez suivre les deux invisibles : l'enfant - rendu invisible par sa simplicité. Le chien, oui, on le voit. Derrière. A la traîne. Il suit les deux autres. Il les suit à la trace et parfois il flâne, il s'égare dans un pré, il se fige devant une poule d'eau ou un renard, puis en deux bonds il rejoint les autres, il recolle aux basques de l'enfant et de l'ange. Vagabond, folâtre.

Elle est belle en raison de cet amour dont elle se dépouille pour en revêtir la nudité de l'enfant. Elle est belle en mesure de cette fatigue qu'elle enjambe à chaque fois pour aller dans la chambre de l'enfant. Toutes les mères ont cette beauté. Toutes ont cette justesse, cette vérité, cette sainteté. Toutes les mères ont cette grâce à rendre jaloux Dieu même - le solitaire dessous son arbre d'éternité. Oui, vous ne pouvez l'imaginer autrement que revêtue de cette robe de son amour.

Je t'aimais. Je t'aime. Je t'aimerai. Il ne suffit pas d'une chair pour naître. Il y faut aussi cette parole. Elle vient de loin. Elle vient du bleu lointain des cieux, elle s'enfonce dans le vivant, elle ruisselle sous les chairs du vivant comme une eau souterraine d'amour pur.

C'est en regardant l'adulte qu'on découvrira l'enfant. La croissance de l'esprit est à l'inverse de la croissance de la chair. Le corps grandit en prenant de la taille. L'esprit grandit en perdant de la hauteur.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 02/08/2014 23:28

Un roman et une écriture qui m'avait beaucoup marqués.

Yuko 04/08/2014 10:17

J'ai hâte de lire ta critique !

Alex-Mot-à-Mots 04/08/2014 10:05

Non, pas celui-ci, mais "Une petite robe de fête".

Yuko 03/08/2014 11:22

Comme je te comprends. J'ai prévu de lire "l'homme joie" prochainement, tu l'as lu ?

Sylvie, Enfin moi 28/07/2014 23:25

Gros bisous ma Yuko

Yuko 29/07/2014 09:37

Bisous ma Sylvie, merci de ta présence ^^

Sab 28/07/2014 09:59

Cet ouvrage est dans ma liste de lecture depuis un bon moment déjà! Je l'avais presque oublié et grâce à ton article, il vient de remonter en flèche vers le haut de cette liste^^ Merci à toi pour ce bel article. Bises.

Yuko 28/07/2014 10:10

Coucou Sab ^^ Merci pour ton message ! Tu connais mon faible pour les écrits de Christian Bobin... Difficile d'être très objective ;) Bisous !!

Archives