Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Feb

3096 jours de Natascha Kampusch

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

3096 jours

 

Editions JC Lattès - 306 pages
Littérature autrichienne


Natascha a 10 ans quand elle est enlevée sur le chemin de l'école par un ingénieur électricien d'une trentaine d'années. Captive pendant 3096 jours, elle a subi violences physiques et psychiques sans jamais être brisée.
Elle s'est échappée, par sa seule volonté, de l'emprise de son ravisseur, à l'âge de 18 ans. Ce livre raconte son histoire, vécue de l'intérieur.

MON AVIS : 


Loin des clichés et du terrible voyeurisme que laissait présager le traitement d'une telle épreuve, Natasha Kampush, avec force et puissance, raconte. Une façon pour elle de se délivrer, une fois encore, de l'emprise de son ravisseur et de réaliser par la transmission, sa nouvelle libération. Un récit fort, souvent dur mais toujours emprunt d'un espoir lumineux. Les rapports humains, décrits dans le livre, se veulent apaisés et nuancés. Une pudeur bienveillante survole sans cesse l'écriture et laisse à son auteur un espace personnel et intime non dévoilé. Vu de l'intérieur, le lecteur comprend la force et la volonté d'une petite fille devenue adulte sous le joug d'un bourreau finalement très humain. Un récit nuancé à l'écriture fluide, terrible par son sujet et remarquable par la force qui s'en dégage.

 

 

Challenge destins de femmes

Cette société a besoin de criminels comme Wolfgang Priklopil, pour donner un visage au Mal qui l'habite et le tenir à distance. Elle a besoin de ces images de caves transformées en cachot, pour ne pas avoir à regarder dans toutes ces maisons où la violence montre son visage lisse et bourgeois. Elle a besoin de victimes de cas spectaculaires comme le mien pour se décharger de la responsabilité des crimes quotidiens commis sur des victimes anonymes que l'on n'aide pas - même si elles réclament de l'aide.

J'avais allumé une bombe. La mèche brûlait, il n'était pas possible de l'éteindre. J'avais choisi la vie. Pour le ravisseur, il ne restait que la mort.

Commenter cet article

Isa LISE 15/03/2013 13:44

Merci pour ce retour... Je n'ouvrirai sans doute jamais ce livre pour différentes raisons, mais cette citation "Cette société a besoin de criminels comme Wolfgang Priklopil, pour donner un visage
au Mal qui l'habite et le tenir à distance. Elle a besoin de ces images de caves transformées en cachot, pour ne pas avoir à regarder dans toutes ces maisons où la violence montre son visage lisse
et bourgeois." est extraordinaire de lucidité, mais également incitatrice pour une prise de conscience collective...

Yuko 17/03/2013 00:45



Tout à fait, c'est une phrase qui m'a beaucoup marquée... J'ai trouvé son témoignage très lucide justement et cela m'a beaucoup surpris. Merci de ton message et à
bientôt !



Asphodèle 04/03/2013 11:45

J'ai suivi (comme tout le monde je pense) cette affaire de près et bizarrement, malgré toute la compassion que l'on ressent face à ce destin brisé, Natascha Kampusch me laisse une impression de
fascination-répulsion que je ne sais expliquer... Je ne pense pas lire ce livre, l'acheter du moins, s'il me tombait un jour entre les mains, peut-être...

Yuko 04/03/2013 14:38



Exactement, c'est ce qu'on peut ressentir. C'est aussi pour ça que j'ai fait la démarche de lire ce livre, une façon de mieux comprendre comment elle, annalyse tout
ce qu'elle a vécu...



Alex-Mot-à-Mots 03/03/2013 16:24

Les extraits que tu cites font preuve d'une grande maturité.

Yuko 04/03/2013 14:34



C'est ce qui ressort de cette lecture, une grande maturité et beaucoup de recul sur son expérience.



Violette 02/03/2013 10:43

ça fait un peu télé-réalité sur papier mais j'avoue être très tentée.

Yuko 04/03/2013 14:29



Justement, l'auteur ne tombe pas dans ces travers de télé-réalité mais raconte ce qu'elle a vécu de l'intérieur. C'est l'intérêt de son livre. Ce qui est par contre
plus contestable c'est d'en faire un argument de vente... (j'ai lu qu'un film allait adapter cette période de sa vie, là pour le coup, je suis moins convaincue ^^)



SAB 02/03/2013 09:17

J'ai été surprise à la lecture de ton article. Le livre et son auteure ont l'air exemplaire de courage, de force et d'espoir. Il est parfait pour le challenge "Destin de Femme"! A bientôt!

Yuko 04/03/2013 14:27



C'est ce qui ressort de cette lecture, une grande force. Bien sûr, il faut relativiser, replacer les éléments dans leur contexte mais dans l'ensemble je garde une
bonne impression de cette lecture, terrible malgré tout. bises Sab !



Archives