Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Jul

5 raisons de voir... Un après-midi de chien de Sidney Lumet

Publié par Yuko  - Catégories :  #5 raisons de voir...

Un-apres-midi-de-chien.jpg

 

DVD/Blue-ray - 1976
Réalisateur : Sidney Lumet
Film américain - 2 h 10
Avec Al Pacino, John Cazale et James Broderick


1972, à Brooklyn, trois gangsters débutants braquent une banque et se retrouvent rapidement cernés par la police. Ils décident alors de prendre en otage les employés de la succursale. La foule, massée devant les portes de la banque, finit par se rallier à la cause des ravisseurs...Le dialogue avec les inspecteurs de police devient alors difficile...

5 bonnes raisons de découvrir ce film :

1. L'incroyable interprétation d'Al Pacino. Après avoir tourné avec le comédien talentueux trois ans plus tôt dans Serpico, Sidney Lumet lui offre un rôle à sa mesure. Entre volonté désespérée et désillusions, le personnage d'Al Pacino incarne toutes les passions. Premier personnage ouvertement homosexuel porté à l'écran en 1976, il impose au spectateur sa déception du monde et ses désirs les plus fous.
 

Al Pacino (Oscar du meilleur acteur en 1976) est ici admirable de sincérité et de tendresse. Un homme mystérieux, apparemment sans histoire, peu sûr de lui, prêt à commettre l’irréparable. Difficile donc de ne pas s'attacher à cette gravité, ce regard perdu et les nombreuses failles du personnage. Un rôle sur mesure pour Al Pacino qui incarne un Sonny incroyablement tendre et humain. Magnifique.

2. La critique sociale de Sydney Lumet. Avant d'être un film axé sur la figure du anti-héros incarné par Al Pacino, Un après-midi de chien ouvre une véritable réflexion sur les rapports qu'entretiennent les journalistes et le public. Sidney Lumet dénonce ici le pouvoir qu'ont les médias de créer du mythe, de transformer chaque circonstance en spectacle voyeuriste et de faire d'un homme ordinaire l'objet d'une machination cynique. Ici, la foule semble utilisée comme rempart par les médias contre les forces de l'ordre. L'impuissance des policiers, leur incapacité à gérer des situations de crises sont ici portées à leur paroxysme et permettent une critique sévère de la société et de l'ordre établi. Le scénario (Oscar du meilleur scénario en 1976), la mise en scène confinée, utilisant l'espace clos avec intensité, permettent à ce long-métrage d'utiliser brillamment tous les ressorts du huis clos. Le spectateur devient à son tour le témoin gênant d'une mise en scène orchestrée pour détruire l'homme révolté.

3. L'histoire tragico-comique de ces gangsters débutants. La mise en scène incroyablement maîtrisée de Un après-midi de chien alliée à l'incroyable utilisation du huis clos font de ce film un véritable chef d'oeuvre. De ses débuts plutôt comiques jusqu'au paroxysme du tragique, le film de Sidney Lumet sait se défaire des faux semblants et des idées reçues. Un équilibre savamment trouvé pour ce film qui bascule, comme la vie de ses protagonistes, vers l'impossible.

4. Une histoire vraie, basée sur un fait divers. L'histoire du film est largement inspirée d'un article de presse racontant l'histoire d'un braquage qui s'est déroulé le 22 août 1972 à Brooklyn. L'un des véritables protagonistes du film, emprisonné à la suite du braquage, a d'ailleurs reçu la somme de 7500 dollars et un pourcentage des recettes générées par le film.
Le réalisateur a d'ailleurs, par soucis de véracité, souhaité tourner les plans de son film à Flatbush, le quartier même où s'est déroulé le véritable braquage.

5. La figure de l'anti-héros. Personnage central d'une oeuvre de fiction qui suscite admiration et sympathie, le anti-héros de Sidney Lumet campé par Al Pacino n'a rien d'extraordinaire. Il n'agit pas dans un but altruiste et ne cherche pas l'approbation. Pourtant, derrière cette figure non conventionnelle, se cache un être qui désire se faire aimer. Homme au destin extraordinaire, il parvient à atteindre une renommée et une gloire... malheureusement éphémère. Une figure des plus intéressantes pour un personnage attachant.

J'ai une affection toute particulière pour ce film. Réalisé par le brillant auteur de Douze hommes en colère, ce film montre la descente aux enfers d'un homme ordinaire acclamé par la foule et dévoré par l'éphémère sentiment d'accomplir une cause juste. Admiré, porté, compris, la figure de l'anti-héros n'en reste pas moins éphémère et fragile. Un film au scénario prenant et aux comédiens magnifiques. A découvrir impérativement !

 

Un-apres-midi-de-chien1.jpg

 

Si vous aimez ce film, vous aimerez peut-être :

- Le gang Anderson de Sidney Lumet (1971)
- Scarface de Brian de Palma (1983)
- Hold Up de Alexandre Arcady (1985)
- Bonnie and Clyde de Arthur Penn (1967)

Commenter cet article

Mr Vladdy 11/07/2012 16:40

Je ne vais aps te refaire le coup de la sixième raisons (même si j'en pense pas moins ;-) ) mais tu as quand même l'art de nous donner envie de découvrir les films dont tu parles :) J'aime beaucoup
en tout cas ce genre de billet ;-)

Bisous

Yuko 12/07/2012 17:47



Ce film a été pour moi une très belle découverte ! Je connaissais Sidney Lumet grâce à "12 hommes en colère" mais je dois dire qu'avec ce film et ses nombreuses
thématiques, critiques, j'ai été très agréablement surprise ! C'est un film qui n'a pas pris une ride, il est incroyablement moderne ! Je ne peux que te le conseiller parce que c'est un film que
j'affectionne tout particulièrement (Je pense que tu l'avais compris :) ) Bisous ! 



Lune 11/07/2012 12:27

Encore un bel article,merci Yuko! :)
Bisous tout gros,
Lune

Yuko 12/07/2012 17:46



:) Merci à toi ! Gros bisous !



Archives