Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Mar

Ce n'est qu'un début de Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier

Publié par Yuko  - Catégories :  #Cinéma

19515783-1-.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100924_042731.jpg

 

Documentaire français - 1 h 42
Avec Isabelle Duflocq, Pascaline Dogliani et beaucoup d'enfants

 
Dans une petite école maternelle de Seine-et-Marne, classée comme ZEP, un petit groupe d'enfants se réunit une fois par mois autour de leur maîtresse pour s'exprimer, s'écouter, réfléchir et... philosopher...
Autour de thèmes aussi variés que l'amour, la liberté, la mort, la différence ; Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria et beaucoup d'autres expriment, avec cette incroyable force de la spontanéité enfantine, leur vision de la vie et des liens qui unissent les hommes...
Un voyage initiatique au royaume de la philosophie où se mêlent poésie, tendresse, discussion et désaccords...

 

MON AVIS : 
 
Difficile tache que celle proposée par les réalisateurs de ce documentaire. Comment réussir à "faire sortir" d'aussi jeunes esprits, les prémices d'une philosophie de la pensée et du langage... Un pari difficile qui réussit néanmoins, par sa spontanéité et son audace, à cueillir quelques moments privilégiés comme seuls les enfants savent les créer.
Véritable table ronde citoyenne, ces séances à visée philosophique deviennent des moments rares où les différences s'estompent au profit de la discussion et de l'écoute. Malgré quelques longueurs dans la narration et quelques hésitations quant à la forme requise par l'oeuvre (documentaire ? fiction ?) le film devient un réel projet pédagogique intéressant, tant par la forme qu'il revêt que par les questions qu'il soulève...
 
BANDE ANNONCE

Commenter cet article

cilvy 15/03/2011 09:31


J'ajoute un élément qui me touche beaucoup a travers ce sujet. Une personne ayant fait un choix pour une religion donne a sa vie un sens lié à ses croyances spirituels. pour les autres, Un enfant
né de parent laïque aura peu de chance de s'exprimer en groupe sur les themes qui nous fondent les uns, les autres. Ce manque se ressent quand nous avons des enfants et que l'on ne souhaite pas
être ''seul parent'' à partager le sens de l'existence avec son enfant, afin de lui donner une conscience plus large. Aussi Nous sommes envahis d'informations contradictoires ou les moyens de
communication évoluent de façon empirique, personne ne peut prévoir a quel vitesse tout cela va encore évoluer, je crois qu'il est important de donner des clés de raisonnement aux enfants, ces
"clés" ont l'avantage de les laisser raisonner ensemble sans que l'adulte n'intervienne, les échanges se poursuivant en famille enrichissent forcément le points de vue des petits,ils sont alors au
centre: ''porteurs de parole'' et ils aiment cela. Ces ateliers ont aidé a réunir la famille autour de l'école , ce qui est de moins en moins facile aujourd'hui. Les familles partageant alors non
plus sur le savoir mais sur ce qui nous concerne tous les themes de la vie.
bon vous l'avez compris, je suis une convaincue et passionnée... :)


Yuko 15/03/2011 15:57



Je suis tout à fait d'accord. Il y a toujours un espace d'échange créé par la religion mais plutôt peu sans elle... or, l'école vue comme instance de socialisation
peut devenir un bon moyen, en maternelle notamment, de développer ces techniques du langage et de la pensée :)


Je pense qu'il est important que les parents ne soient pas démunis face à des thèmes aussi fort que le langage, la mort, la liberté.autant de thèmes qui façonnent
nos vies d'adultes.


Dernière chose, et on le voit bien dans le film, les enfants se posent beaucoup de questions et analysent souvet mal les éléments qui façonnent leurs vies (je pense
aux séparations dans le couple, aux problèmes familiaux notamment) dès lors, c'est l'école qui prend le relai et qui, par la parole, l'échange, vient atténuer les angoisses enfantines :)



cilvy 14/03/2011 18:32


Merci pour votre réponse: ''atelier citoyen'' est peut être rassurant pour nous tout adulte, mais ces ateliers existent depuis 30 ans dans certain pays le mot fait moins peur ailleurs qu'en France.
cette forme ''ateliers philo'' donnent un cadre plus d'exigent pour l'adulte.. surtout pour que le médiateur ne donne pas son avis mais relance le débat , c'est une ''information'' et une formation
qui est importante pour que les échanges soient fait dans le respect de l'enfant et que tout le monde ne se mettent pas à pratiquer ces ateliers de façon inadéquate car cela concerne les
enfants...et leurs pensées. La formation aux ateliers philo impose donc une exigence pour tout le monde...je vous invite a en savoir plus sur notre site www.cenestquundebut.com, bonne continuation,
Cilvy


Yuko 15/03/2011 11:26



Peut-être qu'effectivement "atelier citoyen" a un côté rassurant à côté du solennel mot philosophie :) Je serai curieuse de savoir si de tels systèmes ont été mis en
place dans d'autres pays et quelles sont leurs retombées aujourd'hui (ils ont certainement plus de recul que nous sur la question...)


Je crois néanmoins que, comme pour la philo en terminale ou à l'Université, une formation de l'enseignant est importante. D'autant plus quand elle intervient à un
niveau de pensée si précoce. Ce serait terrible de façonner la pensée d'enfants sans les laisser s'exprimer.


Le travail avec les parents me semble quant à lui nécessaire aussi parce que je les pense démunis face à certaines questions (la mort notamment)


 


Comptez sur moi pour venir visiter votre site avec plaisir !



cilvy 09/03/2011 10:38


Bonjour, Yuko
Je viens de lire votre avis sur le film, je suis ravie de vos remarques. Étant aussi productrice a l'initiative du film, je voudrais ajouter quelques mots... Oui ce n'est pas facile pour les
réalisateurs, le plus dur pour eux étaient de ne pas trahir ce rythme lent et naturel aussi difficile pour l'enfant ou la maîtresse que pour le spectateur au final.Dire que c'est facile de
pratiquer ces ateliers serait mentir et trahir cette réalité aurait été aisée au montage, mais nous voulions montrer aussi l'exigence nécessaire de Pascaline a poursuivre sans lâcher. Ces moments
où ils ne se passent rien, le temps est un facteur important.
Amener l'enfant dans un groupe a plus de citoyenneté, comprendre naturellement l' autre fait de ses différences culturelles et familiales, cela doit se faire tôt. Ces échanges favorisent cette
compréhension, réfléchir ensemble permet à chacun son rythme de s'exprimer sans le jugement d'un adulte . beaucoup des ateliers ont permis des échanges en famille et cela a provoqué une vague
d'émotions des parents, se rendant compte de toutes les qualités qui se sont éveillées en parallèle. '' Laisse- moi je réfléchi'' formule prononcée à 5 ans lors de conversation ...et beaucoup
d'anecdotes.. encore. OUi nous voulions que chacun comprenne ce qui se joue déjà a 4 ans, car les enjeux sont de taille. Les enfants ne perdent pas leur innocence comme a raison de dire Mamalilou.
Je vous remercie en tous les cas d'avoir saisi tous les enjeux que le film soulève.
Sachez que la vague de ces ateliers prennent sur le terrain, nous avons une très grande demande de formation et nous en sommes très fiers. Nous poursuivons avec enthousiasme...
Bien a vous, cilvy


Yuko 14/03/2011 11:58



Bonjour,


Merci de votre message. C'est toujours un plaisir d'avoir plus de précisions sur ce film :) Effectivement, je crois que toute la difficulté pour les réalisateurs est
de ne pas trahir la démarche au montage... de garder cette spontanéité qui se dévoile lors des ateliers. Je pense qu'à ce niveau, le pari est plutôt réussit. Pour le spectateur, la
gestion du temps est toujours un peu différente dans la mesure où il est plus passif devant l'écran... Mais je comprends néanmoins la nécessité de "prendre le temps" pour entrer dans le sujet et
dans l'atelier lui-même.


Je trouve par ailleurs que le film montre bien l'évolution de la démarche des enfants. Initialement intimidés, difficilement ouverts au dialogue, les ateliers
deviennent progressivement partie intégrante de leur vie... A l'école et en dehors.


Le travail fait avec les parents est intéressant et à ce sujet, je me demande comme les réalisateurs ont réussi à entrer dans l'intimité de l'enfant pour continuer
la démarche entreprise à l'école sans que cela ne perturbe la spontanéité de ses propos.


Le travail réalisé par le professeur est impressionnant ! J'étais très attentive au moment du film pour voir si elle ne guidait pas les enfants dans une démarche
propre à la philosophie... mais j'ai été très agréablement surprise par son naturel et par son attention envers eux. Elle les a véritablement laissé s'exprimer. Simplement et spontanément.


Enfin, j'ai entendu plusieurs critiques dans mon entourage disant que de tels ateliers s'apparentaient plus à des ateliers citoyenneté qu'à des ateliers philosophie.
Je ne connais pas votre avis sur la question, mais pense pour ma part que l'un ne va pas sans l'autre...


Encore merci de votre passage sur mon blog et de votre message, j'espère que de tels projets verront à nouveau le jour un peu partout en France. Là où des écoles et
ateliers de cathéchismes permettaient le dialogue (même avec des ressorts religieux) il me semble important de redonner la parole aux enfants, de leur permettre de s'exprimer dans des cadres
autres...Simplement pour s'écouter, réfléchir et partager dans un processus ouvert à tous...



My little discoveries 08/03/2011 23:32


Oh ce documentaire me plairait je pense, merci pour ce billet Yuko! ;o) J'avais adoré "Etre et Avoir", je ne sais pas si c'est le même genre...


Yuko 14/03/2011 11:02



Oui, "Etre et avoir"est un excellent film ^^ Je crois néanmoins que "ce n'est qu'un début" s'inscrit dans une autre démarche. Il va au-delà du simple documentaire
pour devenir un outil de réflexion sur l'utilisation de la philosophie par les plus jeunes dès la maternelle. Cela dit, tu retrouves la même spontanéité que dans "Etre et avoir" et qui est elle,
bien propre aux enfants :)



Annie 08/03/2011 18:49


La seine et marne, ça me rappelle des souvenirs...ah oui! j'y vivais autrefois, dans une autre vie!


Yuko 14/03/2011 10:59



Alors tu dois connaître l'école dont parle le film, non ?



Archives