Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 Oct

Eraserhead de David Lynch

Publié par Yuko  - Catégories :  #David Lynch Univers

Logo%20Lynch%20Cam%C3%A9ra

 

Quand Vance et Cachou m'ont fait part de leur désir de réaliser un Marathon-Lynch, difficile pour moi de résister à l'envie de faire partie de ce voyage cinématographique ...


L'occasion était trop belle de (re)voir les films, courts-métrages, pub et série qui ont fait de Lynch cet artiste accompli que l'on connaît aujourd'hui...

Véritable objets d'analyse, ses films seront sujets de discussion passionnées et de débats cinéphiles. En compagnie de Vance, Cachou et Cécile qui a fait son mémoire de fin d'études sur Lynch, nous avons choisi de visionner les films du réalisateur, de les commenter et de confronter nos idées.

Bien sûr, vos avis sont les bienvenus et les idées ici publiées resteront très suggestives... mais c'est avec plaisir que je m'adonne à l'exercice en espérant que, vous aussi, vous apprécierez ce voyage des plus initiatiques dans la carrière de Lynch...

A bientôt.


ERASERHEAD de David Lynch

 

18604565-1-.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20060321_070.jpg

 

Film américain - 1976 - 1 h 29
Avec Jack Nance, Charlotte Stewart et Allen Joseph.


Dans une banlieue industrielle cauchemardesque, une femme accouche d'un enfant monstrueux qu'elle abandonne aux soins de son conjoint...
Celui-ci, prisonnier de la charge de l'enfant, s'enfonce progressivement dans un univers fantasmatique pour fuir cette cruelle réalité...
 
MON AVIS :

Premier long-métrage du réalisateur, Eraserhead est aussi le plus expérimental...
 

Le film commence sur une scène d'ouverture des plus étranges. On y voit la tête du héros flotter lentement dans l'espace comme une planète à l'abandon suggérant que le film est avant tout un objet mental jouant sur les angoisses de l'esprit qui nous habitent et nous rongent...

Véritable objet d'étude, fruit de nombreuses années de labeur, il incarne toutes les angoisses du réalisateur au travers de scènes jouant avec le clair-obscur, le noir et blanc (référence à Sunset Boulevard apprécié de Lynch) et l'exposition lumineuse des visages par contraste avec des parties entières du décor restées dans l'ombre ...
L'obscur devient un personnage à part entière et matérialise une atmosphère malsaine et glauque dans laquelle se fondent les personnages et les lieux qu'ils habitent... (le film ayant été principalement tourné de nuit)

  

 eraserhead-2 

 

L'image du personnage principal (Jack Nance) tour à tour embarrassé, méfiant, apeuré donne au film son caractère humain...
Et tout naît de ce contraste entre l'homme pris dans sa pleine humanité et ses angoisses matérialisées par un enfant difforme...

Car ce sont bien d'angoisses dont il s'agit. Celles de devenir père, d'assumer une paternité non désirée et d'avoir sous sa responsabilité un être difforme, dénué de membres dans l’étouffante atmosphère d’une chambre, pièce unique dans laquelle se déroulent de nombreux plans de l’action...

 

Mais ce qui marque surtout la première réalisation de Lynch, c’est le remarquable travail réalisé sur le son. Peu de dialogues viennent perturber le silence marqué qui s’instaure dès les premières images et seul un son sourd, comme une respiration, se fait entendre et habite la toile du film, en arrière plan, parfois interrompu brusquement comme pour marquer un changement (de plan, ou de mesure)...
Les temps sont marqués et le tempo des personnages en perpétuel décalage de façon à créer un univers coupé du temps, faisant basculer le personnage principal vers un cauchemar réel...

  

eraserhead-757375.jpg

 

Les deux mondes (la réalité et les rêves) apparaissent alors pour la première fois dans un long-métrage de Lynch en symbiose.
Véritable harmonie des sens, ce premier film marque une étape et pose la première pierre d’un édifice qui constituera par la suite l’essence du monde lynchéen... De nombreux éléments, par la suite repris dans ses films, se trouvent déjà dans Eraserhead - la scène de théâtre (que l’on retrouve dans Blue Velvet, Twin Peaks ou Mulholland drive), la difformité des corps (Elephant man - Twin Peaks),  et bien sûr l’onirisme ( que l’on retrouve dans tous ses films dont INLAND EMPIRE, Mulholland drive et Lost highway)

Malgré son aspect expérimental, utilisant avec un certain courage des procédés techniques révolutionnaires, Eraserhead est très mal accueilli par la critique...
Après la première mondiale à Los Angeles le 19 mars 1977, Variety écrit qu’il s’agit d’: “Un écoeurant exercice de mauvais goût. Situé apparemment dans un futur apocalyptique indéterminé, Eraserhead montre surtout un homme assis dans une chambre essayant d’imaginer ce qu’il va bien pouvoir faire de son bébé horriblement mutilé. Comme beaucoup de productions de l’AFI, le film a des qualités techniques mais peu de substance ou de subtilité...”
Un avis qui n’est pourtant pas partagé par les producteurs et les directeurs de festival (le film décrochera une antenne d’or et le prix du jury (dirigé par William Friedkin) au festival du film fantastique d’Avoriaz en 1980) ni par les plus grands fan du réalisateur.

 

eraserhead006.jpg

 

Mais ce qui reste de cet étrange film est surtout une impression. S’il reste majoritairement incompris ou s’il ne parvient pas à toucher l’ensemble de ses spectateurs, le film ne peut laisser indifférent notamment quant à la technique utilisée.

S’il n’est clairement pas mon Lynch préféré, j’aime à lui reconnaître de nombreuses qualités qui en font un film à part, véritable pierre de l’édifice Lynchéen.
J’ai pour ma part beaucoup aimé le rapport qu’entretiennent le réel et les rêves (comme souvent chez Lynch), l’utilisation du clair-obscur et la technique du son, véritable révolution sonore à l’époque...
Je regrette cependant de ne pas avoir été touchée comme dans ses autres films par le thème principal qui est pour moi celui de la paternité et du rejet de l’enfant...
Un film néanmoins à découvrir, indispensable à la filmographie de Lynch et véritable objet d’étude cinématographique...

 

L’avis de Vance

L’avis de Cachou
L’avis de Cécile

 

BANDE ANNONCE

Commenter cet article

renoirbleu 19/01/2011 08:52


oh, je suis aussi une grande fan de D.Lynch !
j'ai trouvé votre blog en cherchant 'lynchette' sur le google. comme j'apprécie beaucoup ses films, un ami m'a proposé ce surnom 'lynchette' et hop, je suis ravie de voir qqn d'autre qui l'utilise
! :D


Yuko 24/01/2011 11:08



Bonjour Renoirbleu ^^ Je suis toujours ravie de rencontrer des fans de Lynch. Sa filmographie est pour moi très importante dans ma passion cinéphile :) J'espère que
mes quelques billets sur le sujet vous auront plu, d'autres sont à venir ! Néanmoins, n'hésitez pas à me laisser votre avis ! A bientôt ^^



Dom 13/10/2010 16:21


@Yuko, ah oui, pardon ! Voilà ce qui arrive quand on ne dort pas suffisamment...


Yuko 18/10/2010 11:08



Ne t'inquiète pas, je n'ai peut-être pas été des plus claires non plus :)  



Dom 11/10/2010 18:16


Yuko, je pense que pour Funny Games, du moins, Funny Games U.S., le réalisateur cherche à montrer que la violence n'a rien d'appréciable. Je ne porte pas le film dans mon coeur, mais je suppose que
c'est un des buts recherchés par Haneke (dont je n'ai pas vu Le Ruban Blanc).
Pour Old Boy, c'est autre chose, le tryptique sur la vengeance de Park Chan-wook dégage autant de violence visuelle que psychologique et je trouve qu'il s'agit d'une belle étude du thème.


Yuko 11/10/2010 19:01



Oui, c'est ce que je voulais te dire dans mon précédent message. J'utilisais ces films pour illustrer mon propos ^^ Alors que certains réalisateurs tombent dans une
surenchère de la violence, ce n'est pas le cas d'Haneke qui, au contraire, utilise cette violence pour en parler et viser ses dérives (dans le Ruban Blanc il considère la violence même
"ordinaire" et ses conséquences comme ayant un impact irréversible sur l'individu...)


Quant à Old Boy, c'est un film qui justement utilise la violence non pour en faire une surenchère mais pour montrer qu'elle
devient un moyen au service de la vengeance ;)


Tu as raison, les trois volets sont une réussite mais non pas parce qu'ils sont violents.. Parce qu'ils portent une réflexion sur la violence elle-même ^^


A bientôt !



Joufflette 10/10/2010 01:09


J'aime beaucoup ta façon d'écrire, c'est clair, c'est clean... comme d'hab. Mais c'te honte.. je connais pas David Lynch ! Je veux dire, je n'ai jamais vu ce qu'il a fait !
Tu restes quand même ma copine hein ? lol


Yuko 11/10/2010 13:58



Coucou Joufflette ^^ Merci d'avoir eu la curiosité de me lire ^^ Je suis sure que tu connais certains films de David Lynch même de nom sans savoir que c'est lui qui
les a fait ^^ (et je te rassure, même si ce n'est pas le cas, bien sûr que tu restes ma copine ^^) huhu :)



Soan.c 08/10/2010 05:16


Franchement, ta critique est intéressante. Je n'ai jamais vu ce film (et pour le coup pas trop tentée étant moi-même passablement sensible sur le sujet) mais j'ai bien aimé lire ton analyse du
film. Je pense que Lynch est un grand spécialiste de ce genre de thème. J'ai cru comprendre que tu allais parler du film Elephant man, j'ai hâte de te lire car ce film : YES je l'ai vu ! ^^
Toujours un plaisir de te lire ^^
A bientôt !!


Yuko 11/10/2010 13:53



Hello Soan ^^ Je suis contente que tu aies apprécié ma critique. J'essaie toujours de ne pas faire trop long pour ne pas lasser le lecteur mais il faut dire que pour
le coup, je me suis un peu lachée... Je vais bientôt écrire ma critique sur Elephant man et serais très curieuse d'avoir ton avis sur le film :) Merci encore ! A tout bientôt ^^



Archives