26 Oct

Hiroshima mon amour de Marguerite Duras

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

hiroshima-mon-amour_couv.jpg

 

Editions Folio - 160 pages
Littérature française

 
Août 1957, Hiroshima. Dans la pénombre d'une chambre, un couple nu s'enlace. Elle, est une comédienne française venue à Hiroshima jouer dans un film sur la paix. Lui, est un homme politique japonais. Leur relation fusionnelle et destructrice, hantée par la persistance de leurs souvenirs, incarne dès lors un amour impossible...
 

MON AVIS :


Magnifique mise en scène de l'ellipse littéraire, Marguerite Duras réalise avec ce livre de commande le plus beau poème d'amour et de mort écrit par l'homme.
Au travers de souvenirs forts et cruels, délicats fantômes du passé, l'auteur torture ses personnages, les refuse à l'amour et les plonge dans l'interdit des sentiments et la puissance des non-dits. Menant le lecteur dans un trouble sensoriel mêlant adroitement le silence et le cri du coeur, cette oeuvre majeure de Marguerite Duras se lit d'un souffle, entre vie et mort, chef-d'oeuvre et obsession.
  

Ce livre a été adapté au cinéma par Alain Resnais en 1959.
 
Et voici ma dernière participation au challenge "La littérature fait son cinéma" de Will.
 
CHALLE~2

Elle : Oui, ce soir je m'en souviens. Mais un jour, je ne m'en souviendrai plus. Du tout. De rien.
Elle lève la tête sur lui à ce moment là.
Elle : Demain à cette heure-ci je serai à des milliers de kilomètres de toi.
Lui : Ton mari, il sait cette histoire ?
Elle hésite.
Elle : Non.
Lui : Il n'y a que moi alors ?
Elle : Oui.
Il se lève de la table, la prend dans ses bras, la force à se lever à son tour, et l'enlace très fort, scandaleusement. Les gens regardent. Ils ne comprennent pas. Il est dans une joie violente. Il rit.
Lui : Il n'y a que moi qui sache. Moi seulement.
En même temps qu'elle ferme les yeux, elle dit.
Elle : Tais-toi.
Elle se rapproche encore plus de lui. Elle lève sa main, et, très légèrement, elle lui caresse la bouche avec sa main. Elle dit, presque dans un bonheur soudain.
Elle : Ah ! Que c'est bon d'être avec quelqu'un quelquefois.
Ils se séparent, très lentement. (...)
Lui : Parle encore.
Elle : Oui.
Elle cherche. N'y arrive pas.
Lui : Parle. (...)
Elle : Dans quelques années, quand je t'aurai oublié, et que d'autres histoires comme celle-là, par la force encore de l'habitude, arriveront encore, je me souviendrai de toi comme de l'oubli de l'amour même. Je penserai à cette histoire comme à l'horreur de l'oubli. Je le sais déjà.

Commenter cet article

Sylvie, Enfin moi 27/10/2011


j'ai adoré ce livre...
Belle participation à ce challenge ma belle
Gros bisous
Sylvie


Joelle 27/10/2011


Je n'ai vu que quelques extraits du film et je sais que ce n'est pas une histoire pour moi ! J'ai cru que j'allais m'endormir !


mamalilou 29/10/2011


"un regard bleuté qui, ... se révèle efficace et esthétiquement irréprochable"
héhéhé... toi tu sais parler aux filles...
bon bon, si on m'y invite, je ne dirai donc pas non...
lol
doux bisous efficaces et esthétiquement irréprochables eux aussi :o))


Asphodèle 29/10/2011


Il faut que je le relise celui-là et le film est bien loin lui aussi, mais il m'avait marquée ! Merci de ce beau billet qui fait envie (encooore, arrgh !^^) Bises Yuko


ogressedeparis 31/10/2011


merci pour ton billet! cela me rappelle qu'il est dans ma pal depuis très longtemps ;)


Archives

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog