Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Jun

L'élégance des veuves d'Alice Ferney

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

L-elegance-des-veuves.jpg

 

Editions Babel - 126 pages
Littérature française


Cela se produit de multiples fois, sans relâche, cela s'enchaîne avec beaucoup de naturel et de grâce. Un cycle sans fin pousse les femmes à se marier, à enfanter, puis à mourir. Ainsi va le temps, secoué par le rythme des naissances et des morts, quand le besoin de transmettre l'emporte sur le désespoir de la perte d'un être cher. Un long fil de désir passe au travers des générations.
Quatrième de couverture.

MON AVIS : 

Au rythme des naissances et des décès, le destin des femmes se tisse, se mêle, se délie... Un cycle sans fin qui leur donne le pouvoir de combler le vide et l'absence par la naissance, la vie. Un roman grave et tendre, qui donne à ces femmes endeuillées la dignité et l'indescriptible beauté des attentes contrariées. Une véritable ode à l'amour, à la transmission et à la maternité.
Entre sourires complices et regards perdus, Alice Ferney nous livre son plus bel hommage, nostalgique et tendre, aux femmes et à la vie, à leur destin sacrifié et à leurs désirs effacés. Une écriture fine et légère pour un roman bouleversant d'une grande gravité et d'une déroutante beauté.

Elle n'était pas une très jolie mariée. Sans doute parce que sa robe la masquait, depuis le bout de ses pieds jusqu'à la finesse du buste et son regard bleu. Mais aussi parce qu'elle dégageait trop de maturité, une impression que n'aurait pas à la même place donnée une jeune fille, avec ce que cela - une jeune fille - comporte d'ignorance, et d'erreurs et d'illusions. Elle avait pourtant tout juste vingt et un ans et jamais n'avais porté les yeux sur un autre qu'Henri. Mais peut-être Mathilde, ayant vu mourir son père, ayant certaines nuits entendu pleurer sa mère, épousant un homme dont la famille avait fondu comme une bougie, avait-elle à la manière de Valentine la gravité de ceux qui, survivants à d'autres, restent incapables d'être entiers, ou aveugles, dans leurs joies.

Le dimanche, ils allaient déjeuner chez Valentine. Henri respectait cette habitude et l'imposa toute sa vie aux enfants qui vivaient sous son toit. La famille au grand complet s'en allait donc rue de Rennes, où logeait cette grand-mère dont les plus grands avaient demandé pourquoi elle était toujours en noir. Mathilde avait parlé du deuil et de l'amour qui jamais ne meurt. Elle savait que sa belle-mère aurait donné la même réponse. Car Valentine dans le grand appartement qu'elle habitait dorénavant seule, vivait avec Jules son époux.

A Gabrielle, dix années de plus furent accordées. Cette fin de vie était pleine du début de la vie des autres, ses petits-enfants qui n'étaient pas moins de cinquante. Quelquefois, pour une petite fille qui lui demandait de raconter ces choses merveilles (les robes longues), différentes (les mariages), tristes et inconcevables (tous ces deuils) qu'il y avait eu dans sa vie, elle ressuscitait l'immense passé, plus lointain que l'aube d'un siècle plein de métamorphoses. La petite fille s'exclamait : épouser un jeune homme que l'on ne connait pas ! Gabrielle souriait, revoyant Charles en train de lui parler. Mais je l'ai aimé, disait Gabrielle.

Commenter cet article

eimelle 08/06/2012 20:18

J'avais aperçu la couverture dans une librairie, elle m'avait attiré l'oeil et puis j'étais passé à autre chose, merci de me le remettre en mémoire!

Yuko 12/08/2014 10:38

Tu as tout à fait raison, c'est un livre d'une grande beauté et d'une grande sensibilité qui n'est pas à réserver aux femmes. C'est au contraire un livre à conseiller à tous, pour sa légèreté empreint de nostalgie et sa finesse d'écriture autant que pour ses nombreux thèmes.

Le Cinéphile 12/08/2014 06:45

Je viens de le finir,et s'il est principalement destiné aux femmes,je le trouve très touchant dans son hommage à la résilience de celles ci mais également juste dans son évocation de la droiture maladroite des hommes.Je trouve ton avis plein de bons sens et je le partage pleinement.Je pense que nous aurions tort de n'en faire qu'une question de genre,aussi faut il le recommander à tout le monde.

Yuko 11/06/2012 10:06



C'est un livre très doux grâce auquel tu passes un bon moment, n'hésites pas !



Alex-Mot-à-Mots 04/06/2012 09:43

J'aime bien la plume de cette auteure. Je note ce titre.

Yuko 04/06/2012 11:12



Si tu aimes cette auteure, tu vas dévorer ce petit livre ! A bientôt ! Tu en as d'autres à me conseiller ?



Sylvie, enfin moi 03/06/2012 00:19

Je dévore tout ses livres, elle a une plume qui m'enchante
Gros bisous ma Yuko

Yuko 04/06/2012 10:13



Tu as donc certainement déjà lu celui-ci ? Qu'est-ce que tu en as pensé ? Bisous ma Sylvie et très bon début de semaine à toi ! Merci de tes fidèles passages ici
!



Lune 01/06/2012 13:16

Ton avis donne vraiment envie de le lire! :)
Bisouus ma belle Yuko,
Lune

Yuko 04/06/2012 09:58



C'est vraiment un très beau livre, lu avec beaucoup de plaisir ! Bisous jolie Lune ^^



Asphodèle 01/06/2012 10:22

La 4ème de couverture et les extraits que tu mets sont tentants, je suppose que tu as aimé !!!^^

Yuko 04/06/2012 09:57



Oui, j'ai beaucoup aimé, la plume de l'auteur est vraiment superbe ! Je te le recommande chaudement ^^ (Il faut que je sois plus explicite dans mes avis...)



Archives