Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Feb

L'exécution de Robert Badinter

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

l-execution.jpg
 

Editions Le livre de poche - 220 pages
Littérature française


"Un grand roman classique, une histoire de haine, de sang, de mort et d'amour. Oui, d'amour. unité de temps, de lieu, trois personnages : l'auteur, son vieux maître, la victime - oui, la victime - et puis la foule, avec quelques silhouettes bien plantées au premier rang. Un récit qui va droit son chemin vers la réponse à l'unique question : mourra-t-il ?
Ce qui importe, c'est de savoir ce qu'est la justice, comment elle fonctionne, à quoi sert un avocat, pourquoi la peine de mort. C'est tout cela qui nous bouleverse dans ce beau livre, dur et sensible à la fois. Ne laissez plus passer, en tout cas pas ainsi, ce qu'on nomme par dérision peut-être la Justice des hommes."
Pierre Viansson-Ponté, Le Monde, 3 octobre 1973.

 

MON AVIS : 

C'est parce qu'il a découvert le visage de la Haine, celui de l'Injustice, parce qu'il a su se remettre en cause sans cesse, s'interroger sur ce qu'est le métier l'avocat et ce qu'est la défense que Robert Badinter a fait de l'abolition de la peine de mort, le combat de toute une vie ... sa vie.
Comme une réponse à ceux qu'il n'a pu sauver, condamnés par une Justice vengeresse, il s'interroge sans cesse, tente de comprendre "comment on peut tuer celui qui n'a pas tué"...
Une mémoire et un combat qui font de ce livre une merveille, une plongée dans les méandres judiciaires, entre haine et amour, espoir et tragédie... Un écrit d'exception.


"Dans l'appartement, les lumières étaient demeurées allumées. Tout était silencieux. Je suis allé à la cuisine. La théière, les tasses étaient encore sur la table. Nous nous sommes assis, ma femme et moi, l'un en face de l'autre, comme tout à l'heure. [...] J'ai regardé l'heure. Il était six heures passées. Hier, à la même heure, Bontems dormait sans doute. Son angoisse de la nuit était achevée. Aujourd'hui aussi. Et pour toujours.
Bontems était mort. J'avais vu Bontems aller à sa mort. J'avais vu mourir un homme que j'avais défendu. Plus jamais je ne pourrais faire quoi que ce soit pour le défendre encore. on ne plaide pas pour un mort. L'avocat d'un mort, c'est un homme qui se souvient, voilà tout. [...]
Quel était donc le sens de tout ce qui s'était passé, de tout ce que nous avions fait ou voulu faire pour lui, nous ses avocats ? Je regardais mon image dans la glace. Ce n'était pas là que s'inscrivait la réponse. Il n'y a pas de tête d'assassin. Il n'y a pas non plus de visage d'avocat vaincu. J'éteignis la lumière. La vie, ma vie continuait. Je n'en étais pas quitte pour autant. Cette nuit-là, je le savais maintenant, ne s'achèverait pas à l'aube."

Commenter cet article

La fée Paradis 05/02/2010 19:21


Oui, je le note !


Yuko 09/02/2010 10:03


:) Si tu veux venir m'en reparle ensuite, n'hésite pas. Je suis curieuse de connaitre ton avis ^^


Fee Paradis 05/02/2010 09:33


Je n'ai pas lu ce bouquin mais un téléfilm a été adapté : "l'Abolition" avec Charles Berling dans le rôle de Badinter. Un très bon téléfilm
(http://esterella-au-pays-des-merveilles.over-blog.com/article-30266085.html). J'aime beaucoup Charles Berling ...


Yuko 05/02/2010 13:10


Oui, je l'ai vu en effet. Il raconte le combat de Badinter et met en scène ses deux romans : "L'exécution" et "l'Abolition". Cependant, parce que le roman est écrit
par Robert Badinter lui-même, basé sur son ressenti, son expérience... J'ai trouvé le livre bien plus puissant que le film... Si tu as vu le téléfilm qu'il t'a plu, je ne saurai que trop te
conseiller de lire ce superbe livre ^^


Annie 04/02/2010 09:06


Merci de partager tes lectures!


Yuko 05/02/2010 12:10


Merci à toi Annie de prendre un petit moment pour les lire ^^ Ca me touche beaucoup ^^


Archives