Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Feb

L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

linsoutenable-legerete-letre-L-1.jpg
 

Editions Folio - 476 pages

Littérature tchécoslovaque


Plus encore que ses autres romans, "l'insoutenable légèreté de l'être" est un roman d'amour. Tereza est jalouse. Domptée le jour, cette jalousie se réveille la nuit, déguisée en rêves prenant l'apparence de poèmes sur la mort. Son mari, Tomas, dont le masque de Tristant révèle aussi celui de Don-Juan, est déchiré entre son amour pur pour elle et ses conquêtes libertines...
Sabina, l'une de ses maîtresses, étend l'écriture au monde : belle, intelligente et asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, pour aller à la recherche de sa liberté. De l'Europe aux Etats-Unis, elle parcourt les continents pour ne faire face qu'à cette "insoutenable légèreté de l'être" qui compose chaque être humain et la renvoit à son propre reflet...

 

MON AVIS :

Car c'est de cette qualité - gravité ou légèreté - qu'est empreint l'ensemble du roman. Quelle condition sied le mieux à la condition humaine ? Ou s'arrête le sérieux pour faire place à la légèreté ? Jusqu'ou peut-on se perdre par amour ?
Autant de questions qu'aborde avec génie Milan Kundera dans un art paradoxal mêlant nuance et grâce... Parce que tout est paradoxe face à l'homme désireux de conquérir ses rêves... D'une profondeur intense, le récit de Kundera oscille sans cesse entre gravité et désinvolture, dans un climat onirique et spirituel, il allie l'image d'une douce utopie à celle crue et sévère d'une farce noire...
Un roman sur la vie, l'amour, la passion mais aussi la mort : celle des individus mais également celle de notre vieille Europe... Magnifique...

Le drame d'une vie peut toujours être exprimé par la métaphore de la pesanteur. On dit qu'un fardeau nous est tombé sur les épaules. On porte ce fardeau, on le supporte ou on ne le supporte pas, on lutte avec lui, on perd ou on gagne. Mais au juste qu'était-il arrivé à Sabina ? Rien. Elle avait quitté un homme parce qu'elle voulait le quitter. L'avait-il poursuivie après cela ? Avait-il cherché à se venger ? Non. Son drame n'était pas celui de la pesanteur, mais de la légèreté. Ce qui s'était abattu sur elle, ce n'était pas un fardeau, mais l'insoutenable légèreté de l'être.

Commenter cet article

Alex 02/05/2012 09:34

Salut , pourrais tu me dire de qui est l'illustration utilisé par folio et quelle est son titre ?

merci

dasola 19/05/2010 21:54


Bonsoir Yuko, beau roman et l'adaptation filmique (avec Daniel Day Lewis (très beau), Lena Olin et Juliette Binoche) n'était pas mal non plus. Bonne soirée.


Yuko 25/05/2010 11:33



Coucou Dasola ^^ Je n'ai pas vu le film mais n'en ai entendu que du bien :)


Cela dit, j'ai tellement aimé le livre qu'il me faudra penser à le visionner :) Même s'il peut paraitre difficile d'accès de prime abord, j'ai beaucoup aimé ce livre
et son extraordinaire fin qui m'a laissé bouche bée ^^



mamalilou 20/02/2010 02:27


excellentissime :o)
gros bisous pour un WE léger... et soutenable


Yuko 23/02/2010 11:12


Tu l'as donc lu toi aussi Mamalilou ? Gros bisous pour un début de semaine plus que soutenable ^^ hé hé ..


dasola 18/02/2010 22:09


Bonsoir, je me rappelle surtout la mort de "Karenine", j'en avais des larmes aux yeux. Très beau roman et je te recommande le film (si tu ne l'as pas vu) avec Daniel Day Lewis, Lena Olin et
Juliette Binoche. Bonne soirée.


Yuko 19/02/2010 15:19


Oui, sa mort m'a moi aussi bouleversée... Je suis restée scotchée tout le long de ce passage... Il symbolise beaucoup je trouve, la perte, la fin d'un monde, d'une
partie de vie, d'une certaine forme d'innocence etc.
Je n'ai effectivement pas vu le film avec Juliette Binoche mais on m'en a dit beaucoup de bien... Je le verrai donc avec plaisir ^^


Aurelia 18/02/2010 13:03


Si tu as aimé son style, je te conseille "La valse aux adieux". Là l'histoire est légère et rend sa lecture très facile et agréable. La chute (même si un peu attendue) est parfaite... et laisse une
ouverture pour réfléchir à un monde de l'identique avec ses mégalomanes qui tend à être le notre aujourd'hui!


Yuko 19/02/2010 14:53


Oui, je l'ai lu en effet (j'en ai fait une critique sur le blog il y a un moment) ^^ Il est plus simple d'accès que "l'insoutenable légèreté de l'être" je crois
...même si on retrouve des thèmes chers à l'auteur, les personnages croisés... J'avais bien aimé :)
En tout cas,merci pour cette proposition de lecture. Si tu en as d'autres, n'hésite pas :)


Archives