Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Nov

La chute d'Albert Camus

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

9782070360109.jpg

 

Editions Folio - 154 pages
Littérature française


Jean-Baptiste Clamence est un ancien avocat parisien qui a trouvé refuge à Amsterdam. Homme de la petite bourgeoisie française, il a toujours vécu dans la gloire et l'oppulence, jouissant d'un talent d'orateur secondé d'une attitude charmeuse, il a enchainé les conquêtes et les heures de gloire...
Mais tout bascule subitement quand Jean-Baptiste Clamence ne réussit pas à sauver une femme sur le point de se noyer sous un pont de Paris...
Dès lors commence sa longue "chute"...

 

MON AVIS :

De remise en question en conscience lucide, il se remémore les évènements troubles de son passé qu'il imaginait si parfait... de la condamnation à mort d'un ancien camarade prisonnier dans un camp de concentration en Afrique à l'amour égoïste des femmes qui l'entourent, Jean-Baptiste Clamence prend conscience de ses défauts et devient un véritable miroir pour l'Humanité...
S'il prend conscience de ses limites en tant qu'homme, le personnage crée par Camus n'en demeure pas moins un profond humaniste qui apprend de ses erreurs. Si le roman parait de prime abord bien sombre, c'est pour mieux masquer l'optimisme qui s'échappe des lignes au travers de l'unique discours du personnage.
En effet, pour atteindre la liberté, l'homme doit sans cesse se remettre en question, s'avouer ses propres fautes et prendre conscience de son comportement pour l'assumer.
Telle est la difficile tache de Jean-Baptiste Clamence qui, au-delà de sa singulière situation, porte une mise en accusation très forte de l'Humanité et peint un portrait des plus dégradant pour l'homme.
Homme moderne ancré dans une réalité forte, il nous démontre qu'il ne suffit pas de vivre mais qu'il faut avant tout prendre conscience de ce que l'on est alors que chacune de nos décisions influence considérablement notre vie...
Un roman noir mais qui sous la plume de Camus devient un enjeux humaniste, une remise en cause universelle de l'homme et de son comportement... un roman à lire pour le message très fort qu'il porte.

Qu'est-ce qu'un juge-pénitent ? Ah ! Je vous ai intrigué avec cette histoire. Je n'y mettais aucune malice, croyez-le, et je peux m'expliquer plus clairement. Dans un sens, cela fait même partie de mes fonctions. Mais il me faut d'abord vous exposer un certain nombre de faits qui vous aideront à mieux comprendre mon récit.
Il y a quelques années, j'étais avocat à Paris et ma foi, un avocat assez connu. Bien entendu, je ne vous ai pas dit mon vrai nom. J'avais une spécialité : les nobles causes. La veuve et l'orphelin, comme on dit, je ne sais pourquoi, car enfin il y a des veuves abusives et des orphelins féroces.
Il me suffisait cependant de renifler sur un accusé la plus légère odeur de victime pour que mes manches entrassent en action. Et quelle action ! Une tempête !

J'avais le coeur sur les manches. On aurait cru vraiment que la justice couchait avec moi tous les soirs. Je suis sûr que vous auriez admiré l'exactitude de mon ton, la justesse de mon émotion, la persuasion et la chaleur, l'indignation maitrisée de mes plaidoiries.
La nature m'a bien servi quant au physique, l'attitude noble me vient sans effort. De plus, j'étais soutenu par deux sentiments sincères : la satisfaction de me trouver du bon côté de la barre et un mépris instinctif envers les juges en général.

Croyez-moi, les religions se trompent dès l'instant qu'elles font de la morale et qu'elles fulminent des commandements. Dieu n'est pas nécessaire pour créer la culpabilité, ni punir.
Nos semblables y suffisent, aidés par nous-mêmes.
Vous parliez du jugement dernier. Permettez-moi d'en rire respectueusement. Je l'attends de pied ferme : j'ai connu ce qu'il y a de pire qui est le jugement des hommes (...)
Je vais vous dire un secret mon cher. N'attendez pas le jugement dernier. Il a lieu tous les jours.

Commenter cet article

oursino 22/11/2010 23:07


Il me semble que j'avais bien aimé... ce souvenir date un peu (beaucoup!!!!)quand même puisqu'il remonte au lycée! J'avais bien aimé "l'étranger" aussi. "La peste" m'a toujours fait peur, moins par
le titre que par la taille du bouquin!


Yuko 23/11/2010 15:26



Oui, L'étranger est excellent également ^^ Je l'ai beaucoup aimé. Je n'ai pas encore lu la peste mais après avoir découvert la chute, j'ai très envie de lire
davantage d'oeuvres de Camus ^^ J'en ferai certainement une critique ici qui, qui sait, te donnera peut-être envie de lire le livre :)



Floria 20/11/2010 19:47


Je me souviens de ce livre, on en avait lu des extraits en 6 eme ^^


Yuko 22/11/2010 13:25



Les extraits ne t'ont pas donné envie d'en lire plus ? Qu'est-ce que tu en avais pensé ?



mamalilou 18/11/2010 09:13


belle idée, à lire et à relire, une référence...
doux bisous et délicieuse journée à toi
pluie ou pas


Yuko 22/11/2010 13:15



Oui, un grand classique que l'on ne se lasse pas de lire :) Doux bisous à toi ma chère Mamalilou ^^



oursino 16/11/2010 19:45


Ca me donne envie de le relire!


Yuko 22/11/2010 12:42



Et qu'en avais-tu pensé lors de ta première lecture ?



Delph 16/11/2010 17:25


Je n'ai jamais lu ce classique, il faut que je m'y mette !


Yuko 22/11/2010 11:45



Je te le conseille ne serais-ce que pour son monologue audacieux et pour le propos qu'il véhicule :) A bientôt !



Archives