Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 Aug

Les enfants de l'oncle Tom de Richard Wright

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

51ZJSe18PTL._SL500_AA300_.jpg

 

Editions folio - 250 pages

Littérature américaine

Dans le sud profond des Etats-Unis, le tragique destin des hommes noirs entre courage et soumission compose le récit de ce roman en trois parties - dur et tendre.

- Le feu dans la nuée : Le révérend Taylor est un homme noir pacifiste et raisonnable ouvert au dialogue avec les blancs. Mais quand les industriels font pression sur le maire de la ville pour éviter une manifestation des ouvriers noirs qui meurent de faim, il devra choisir entre la défense de son peuple et les forts arguments des blancs qui détiennent la possibilité de nourrir tout le monde - entre détermination et raison.

-  Le départ de Big Boy : Quatre adolescents abandonnent l'école par un jour de grande chaleur pour aller se baigner dans une mare privée appartenant à un militaire blanc. Sur les lieux, ils aperçoivent une jeune femme qui, surprise, alerte son mari. Celui-ci revient armé. S'ensuit une bataille entrecoupée de coups de feux...

- Long chant noir : Une jeune mère noire attend son mari partit bâtir son destin comme un blanc depuis des jours, guettant sans relache sa possible arrivée... Mais sous un nuage de poussière ce n'est pas son mari qu'elle aperçoit mais un jeune homme blanc...

MON AVIS :

Les trois récits traduits par Marcel Duhamel et Boris Vian qui composent ce roman nous offrent une vision brute et lumineuse du destin des noirs-américains dans la société sud américaine ségrégationniste.
Dans un décor sociologique oscillant entre tragique et espérance, cette oeuvre porte en elle l'espoir et le courage du peuple noir américain. Face aux humiliations, l'écriture de Richard Wright, écrivain afro-américain éxilé à Paris met en lumière l'humilité et la force de ce peuple, sans ambage ni superflu.
Une belle leçon d'humanité !

Les blancs n'ont jamais laissés une chance ! Jamais ils n'ont laissé la moind' chance à un noi' ! Ils n'vous laissent rien à vous de toute vo' vie. Y vous prennent vot' terre ! Y vous prennent vot' liberté ! Y vous prennent vos femmes ! Et après ça, y vous prennent vot' vie."
Il se tourna vers elle hurlant "Et faut enco' que j'me fasse poignarder dans l'dos par les miens. Quand j'ai les yeux su' les blancs pou' les empêcher de m'tuer, c'est les miens qui viennent me faire un crochepied !
Il retomba à genoux dans la poussière en sanglotant ; au bout d'un petit moment il leva les yeux au ciel, et son visage ruisselait de larmes (...) "Ca n'veut pus rien di' ! Si on s'bat, faut mouri'. Si on s'bat pas, faut mouri' ! D'une façon comme d'un' aut', ça n'veut rien di'...

Commenter cet article

Annie 17/08/2010 07:52


Ce sont des textes très durs, comme tout ce qui montre la réalité.


Yuko 17/08/2010 11:53



Merci de lire mon petit article spécial lecture Annie. Tu as raison, les images véhiculées dans ce livre sont très dures. Mais ce qui est plaisant est justement
d'adopter un autre point de vue que celui des blancs ou celui de l'oppression... A cette époque, ce qui ressortait c'était l'incroyable courage de ces hommes et femmes sans oublier l'espoir qui
les faisait vivre. C'est de tout cela que parle ce livre très réussi !!



Archives