19 Apr

Mulholland Drive de David Lynch

Publié par Yuko  - Catégories :  #David Lynch Univers

69217309_af-1-.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20020808_040147.jpg

 

Film américain - 2 h 26 - 2001
Avec Naomi Watts, Laura Elena Harring et Justin Theroux

 
Victime d’un accident de la circulation, une mystérieuse jeune femme, amnésique et blessée, erre sur la sinueuse route de Mulholland Drive. Réfugiée dans la première maison qu'elle trouve, elle y rencontre Betty Elms, une jeune actrice fraichement débarquée à Hollywood pour y faire ses débuts. 
Intriguée par cette inconnue se faisant appeler Rita, Betty découvre dans son sac des liasses de billets verts et une clef bleue...
Désireuse d'en savoir plus, Betty décide d'aider sa nouvelle amie à retrouver son histoire et son identité.
Mais qui sont les réels protagonistes de l'histoire ? Betty et Rita ne se sont-elles pas déjà rencontrées ? Pourquoi cette impression étrange de revivre les mêmes scènes, de cotoyer les mêmes personnes ?
 
MON AVIS :
 
Initialement prévu pour faire l'objet d'une mini-série tournée pour la chaîne ABC puis refusée, Mulholland drive traduit l'aboutissement d'un travail de Lynch sur l'identité, la folie, les pulsions et le remord.
Véritable marche vers la reconnaissance, Mulholland drive fascine par ses mystères autant que par la mise en abîme de ses personnages. Sombre et dramatique, il apparaît à ce jour comme l'un des films les plus aboutis du réalisateur.
 
Juché entre l'angoisse et l'étrange, le film revêt la logique du rêve pour mieux exploiter les méandres de nos inconscients.

 
mulholland6-1-.JPG
 

Mettant en scène l'éternel jeu du double, l'oeuvre oppose la jeune femme blonde, lumineuse, enjouée et décidée à la jeune femme brune, mystérieuse, au passé opaque et diffus...
Deux faces d'un même modèle qui se défait sans honte de l'homme jusqu'alors nécessaire aux rencontres dans les films de Lynch. (BlueVelvet, Twin Peaks)
Ici, les doubles apparaissent comme un désir inconscient et trouble. Une recherche inaboutie de l'autre dans le reflet de soi.
 
A l'image du théâtre dans lequel se retrouvent les deux héroïnes, rien de ce qui nous est montré à l'écran n'est vrai. Tout se fabrique, comme l'inconscient fabrique des images, des rêves et des désirs.
Car c'est une fois de plus le rêve qui fabrique l'oeuvre de Lynch, la rendant aussi touchante que mystérieuse. Des rêves de gloire, aux rêves de joie, le film fabrique sa propre mise en abîme. Le cinéma conçu pour créer du rêve, met en lumière celui des deux jeunes femmes.
Tournée dans le temple du rêve, Hollywood, l'oeuvre de Lynch surprend par sa complexité autant que par sa force et son étrangeté.

 
10358 bscap0008[1]  
 

Mais comme tout rêve finit par se fissurer chez Lynch (Blue Velvet, Twin Peaks) et que les tréfonds de l'âme sont plus noirs que les apparences (Twin Peaks), le rêve hollywoodien devient cauchemar. Renversement bouleversant, les désirs de Betty deviennent fuyants et ses angoisses réelles. Rejettée, humiliée et oubliée, Betty revient à la vie d'une manière brutale et mélancolique.
Le spectateur, témoin de sa déchéance comprend les tréfonds du rêve et les raisons qui l'ont poussé à sa création.
 
L'atmosphère du film, souvent lourde, joue sur les décalages et les non-dits. Laissant le spectateur joindre les pièces d'une vie craquelée, Lynch se contente de suggérer... Drapé dans un mutisme entendu, il devient maitre créateur d'une oeuvre qui ne cesse de fasciner.
Habile mise en scène pour une oeuvre majeure du maître de l'étrange et de la mélancolie sourde, Mulholland drive devient une folie palpable par l'utilisation détournée des rêves et des sons.

  
69217310_ph1-1--1-.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20020808_040151.JPG  
 

Sourde et inquiétante, la musique marque sa toute puissance dans un envoutement magnifique des sons en perpétuel décalage. Art maitrisé, à l'image des scènes du théâtre dans lequel se retrouvent Betty et Rita, le son devient objet de contrôle et canalyseur des sens.
 
Naomie Watts nous offrant ici l'un de ses plus beaux rôles à l'écran, devient cette belle rêveuse, désireuse d'une vie qu'elle espère alors que Laura Elena Harring, terrible femme fatale à la beauté révoltante, suscite la recherche de soi et de la réussite.

  
 mulholland2[1] 
 

L'homme ici incarné par l'incroyable Justin Theroux, s'apparente quant à lui à la trahison et ne peut faire le lien entre les héroïnes. Canalyseur des pulsions de mort, il incarne la force, la vileté et l'agressivité (scène durant laquelle il casse le pare-brise de l'automobile stationnée devant les studios).
 
Rêve souhaité, vécu autant que rêvé, Lynch nous offre ici son oeuvre la plus aboutie, la plus pure et la plus profonde.
Au travers d'un esthétisme soigné par une lumière radieuse devenue sombre, il nous offre son oeuvre la plus magistrale et les clés, à l'image de cette petite clé bleue qui ouvre la voie de l'esprit, de son monde... Un monde de sens inconscients, objet de désirs inavoués qui s'achève comme une histoire d'amour déchue... par un magistral "silencio".
Silence définitif, faisant de Lynch le créateur tout puissant d'une oeuvre inégalée. Magistrale.
 
BANDE ANNONCE  (Attention bande annonce très longue qui dévoile beaucoup d'images du film)

 

 
Logo%20Lynch%20Cam%C3%A9ra
Commenter cet article

tinalakiller 28/04/2011


y a pas de souci :D


tinalakiller 02/05/2011


je m'en occupe cette semaine


Lili 18/05/2011


Aaah, "Mulholland Drive"... Un de mes films préférés, et effectivement l'un des plus aboutis de Lynch. Tu dis que la base de tout le film est la thématique du rêve et de la part de réalité - en
partie, oui, mais je pense que le fondement de ce film est aussi (comme toujours chez Lynch) les dessous cachés de ces lieux/personnages qu'on croit si beaux/purs/innocents.


C'était le cas de la ville (et du personnage principal, Jeffrey) dans "Blue Velvet", le cas de quasiment tout le monde dans "Twin Peaks"... et c'est aussi le cas ici : les saloperies que cache le
monde idéal d'Hollywood, et les sombres secrets que cache la douce et innocente Betty/Diane. =)


Enfin bref, très belle analyse pour un film absolument génial que j'aime revoir environ une fois par mois (oui oui !). Je ne m'en lasse jamais, à chaque visionnage l'univers s'enrichit encore et le
mystère s'éclaircit un peu plus !


• Pour ce qui est des petits vieux, en effet ils sont récurrents chez Lynch... Mais je ne suis pas sûre qu'ils aient toujours le même rôle. Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu disais sur le
couple de "Mulholland Drive" (affreusement flippant - la scène où ils ricanent dans la limousine me terrorise) : ils ont un rôle négatif, annonciateur de tout ce qu'il va se passer par la suite ;
ils sont dangereux et destructeurs.


Mais par exemple, le vieux serveur de l'hôtel de "Twin Peaks" (celui qui amène un verre de lait à Cooper après qu'il se soit fait tirer dessus) n'a selon moi pas du tout un rôle négatif. Certes,
dans ses premières apparitions il est complètement à côté de la plaque (j'avais juste envie de le secouer et de lui hurler dessus : "Héééé mec, bouge-toi, y a un mec qui est en train de mourir par
terre là !" ^^), mais par la suite il s'avère très utile : c'est lui qui déclenche le souvenir du rêve de Coop' (là où Laura Palmer lui murmure le nom du tueur à l'oreille), en répétant la phrase
du nain "That gum you like is going to come back in style" (le vieux dit ça à Leland Palmer).


Grâce à cette phrase, Coop' se rappelle soudain de son rêve et sait enfin qui est le meurtrier... Donc je dirais que ce petit vieux, finalement, a un rôle très positif ! (disons qu'il commence très
mal, mais qu'il se rachète, haha.)


Bon, bah je ne manquerai pas de laisser des commentaires sur tes autres articles consacrés à Lynch (et tes autres articles tout courts d'ailleurs) ! Merci pour ton mail, ça m'a permis de découvrir
un blog très sympa !


À bientôt,


Lili


Lili 26/05/2011


Oui, tous les personnages chez Lynch ont une face cachée et des secrets plutôt inavouables ! Même les personnages en apparence purs et innocents sont, en fait, corrompus d'une façon ou d'une autre,
ou alors le deviennent (Betty de "Mulholland Drive", Jeffrey de "Blue Velvet"...). Quant au fantasme et à l'imaginaire, c'est sûr qu'ils sont toujours étroitement liés au réel, au point qu'on ne
sait plus, parfois, ce qui est vrai ou non.

*Avertissement pour les lecteurs autres que Yuko : la suite contient des spoilers !*

Pour les petits vieux, je pense que tu as raison concernant leur lien avec le passé. Pour le serveur de "Twin Peaks", effectivement, la réplique du chewing-gum fait directement allusion au passé
(le vieux en donne d'abord un à Coop, et Leland Palmer dit que c'était son chewing-gum préféré quand il était petit...) ; de plus, on revoit le serveur dans la Black Lodge où passé, présent et
futur se confondent de façon non linéaire. Les vieux chez Lynch ont apparemment un lien avec le temps, oui.

Il en va de même pour la vieille Mrs. Tremond, avec son petit-fils, dans "Twin Peaks" et "FWWM"... Elle aussi a un lien direct avec la Black Lodge, je la vois un peu comme la gardienne, d'ailleurs.
Pour ceux de "Mulholland Drive", ils sont clairement plus machiavéliques que dans "Twin Peaks", ce sont carrément eux qui causent la mort de Diane à la fin... J'ai encore du mal à saisir la nature
exacte de leur rôle, mais en tous cas ils sont mauvais.


Pour en revenir au serveur de "Twin Peaks", je suis d'accord avec ton interprétation (pas si étonnante que ça ^^) concernant son lien avec le Géant. En effet, dans la Black Lodge, le nain dit
clairement à Coop que le serveur et le géant sont "One and the same". Moi, je pense que le Géant, qui vient de la Black Lodge, se "sert" du serveur pour "communiquer" avec le monde réel. Il le
possède, en quelque sorte, comme Bob lui aussi possède les humains. Sauf que le Géant, lui, ne les possède pas dans le but de faire du mal, mais plutôt pour entrer en contact, voire aider... Enfin
je le vois comme ça, j'ai peut-être tort.

En tous cas le Géant et le serveur sont clairement liés : comme tu disais, le Géant succède directement au serveur pour venir parler à Coop quand il est blessé par terre. Et peut-être même que cela
explique le comportement totalement à côté de la plaque du petit vieux... Peut-être qu'au moment où il vient parler à Coop, il "ressent" déjà la présence du Géant d'une façon ou d'une autre,
peut-être que le Géant "est" déjà en lui... et que c'est pour ça qu'il agit aussi bizarrement (parce que même pour un vieux, son comportement est *vraiment* surréaliste. Ça m'a toujours paru
impossible qu'il agisse comme ça sans raison, et je crois que la raison est liée à la Black Lodge).

Par exemple, je pense au moment où Coop lui demande plusieurs fois s'il peut appeler un médecin... Le vieux commence par dire "Sure, no problem", mais ensuite il s'approche du téléphone et a l'air
complètement perdu. Finalement, il raccroche le téléphone. Quand Coop lui redemande encore une fois pour le médecin, il se contente de dire, toujours aussi paumé et perplexe, qu'il a raccroché le
combiné, jusqu'à ce que Coop arrête d'insister et le remercie. Je me disais que si on garde la théorie selon laquelle vieux = Géant, c'est peut-être le Géant qui lui a "dicté" d'agir comme ça :
raccrocher le téléphone, ne pas appeler les secours... en gros, couper tout contact avec l'extérieur pour que lui, le Géant, puisse venir tranquillement parler à Coop sans risquer d'être dérangé
!

En revanche, je n'arrive pas trop à cerner les motivations du Géant... Il est plutôt bienveillant à priori, puisqu'il aide Coop dans son enquête en lui révélant toutes sortes d'indices. Lorsque
Coop lui demande qui il est, il lui dit d'ailleurs "Think of me as a friend". Ensuite, quand Coop demande ce que signifient les trois indices qu'il lui a donnés, il dit "This is all I'm permitted
to say". Je me demande, du coup, QUI l'a autorisé à venir parler à Coop en premier lieu, et dans quel but ? Quel interêt auraient les habitants de la Black Lodge à aider Coop sur l'affaire Laura
Palmer ?

Pour ce qui est du Bien et du Mal, du coup, je ne sais pas exactement où placer le Géant... Il est clair que ce n'est pas une puissance purement maléfique comme Bob, mais je m'interroge sur son
rôle exact. Il me paraît presque comme une sorte d'ange gardien pour Coop, il apparaît toujours au moment critique, le conseille, l'informe de ce qui se passe... Après tout, c'est grâce à lui que
l'affaire est résolue (que ce soient les trois indices, ou l'histoire du chewing-gum...) et que le meurtrier est révélé. Visiblement, le rôle du Géant est de combattre et d'arrêter Bob.

D'ailleurs, par rapport à cette relation qu'il a avec Coop pendant toute la série, j'ai trouvé ça très bizarre qu'à la fin, Coop n'écoute pas du tout ses conseils. Pendant toute la série, il lui a
entièrement fait confiance et a cru à tout ce qu'il lui a dit ; mais à la fin (épisode 28 je crois), quand le Géant apparaît sur la scène du concours "Miss Twin Peaks" et crie "No, no, no" à Coop
au moment où Annie est en train de lui dire qu'elle veut participer au concours... Coop ne tient pas compte de son avertissement. Il regarde le Géant, puis se retourne vers Annie pour
l'embrasser... et puis plus rien. Je m'attendais à ce qu'il prenne peur, qu'il dise à Annie de ne pas participer, ou au moins à faire TRÈS attention à elle... Au lieu de ça, il la laisse filer, et
du coup elle se fait enlever par Windom Earle. Je trouve que Coop a déconné sur ce coup-là, ça ne lui ressemble pas... À se demander s'il se souvient de l'intervention du Géant où si, consciemment,
il l'a oublié.

Bref, comme tu dis, il y a beaucoup à discuter là-dessus, mais c'est toujours avec grand plaisir ! À bientôt pour la suite, donc ! (dis donc, mon commentaire va bientôt atteindre la taille de mes
mails... Haha !)


Lili 29/05/2011


*ATTENTION, SPOILERS AHEAD !*


Pour Mrs. Tremond, oui, c'est sûr qu'elle a un côté machiavélique. Elle me fait peur, d'ailleurs (pas tellement dans la série mais dans le film). Mais nos avis se rejoignent : elle est en effet une
sorte de lien entre le monde des vivants et la Black Lodge, cf. le tableau qui est, comme tu l'as bien dit, un sas, un "passage entre deux mondes" ("One chants out between two worlds..." -->
référence au poème que cite Mike dans le rêve de Coop, le fameux poème se terminant par "Fire, walk with me").

Pour le maïs, on apprend effectivement sa signification mais seulement dans le film. Dans la série, on ne comprend pas tout de suite cette histoire de maïs et de petit-fils qui "étudie la magie".
Il y a seulement l'introduction de la Log Lady qui nous met en garde, nous prévient que le maïs a une signification particulière... C'est l'un de ces mystères que Lynch a brillamment résolus dans
"FWWM".

Il reste quand même certains mystères autour de cette Mrs. Tremond et son petit-fils... Par exemple, pourquoi se montre-t-il masqué à Laura dans "FWWM" mais pas à Donna dans "Twin Peaks" ?
(peut-être pour masquer le fait que ce n'est plus le même acteur, mais pas que ^^). Et d'ailleurs, pourquoi apparaissent-ils à Donna ? Pourtant, d'habitude Donna n'a pas ce "lien" avec la Black
Lodge (rêves, visions etc...) contrairement à Coop, Laura, le Major Briggs ou d'autres. J'ai trouvé ça assez déconcertant. D'après les paroles de Mrs. Tremond, elle veut visiblement aider Donna à
résoudre l'affaire Laura Palmer (c'est elle qui donne l'adresse de Harold Smith, où se trouve le journal secret...). Tout comme le Géant donne des indices à Coop, Mrs. Tremond donne des indices à
Donna.


Pour ce qui est du temps dans la Black Lodge... Non seulement il passe plus lentement, mais il est totalement déconstruit et non-linéaire. L'espace-temps de la Lodge est très différent du nôtre...
Exemple le plus frappant : dans "FWWM" (donc chronologiquement AVANT la série), à un moment, Laura "rêve" de la Black Lodge et voit dans son lit Annie Blackburn, en sang et portant la robe à fleurs
de Caroline Earle (exactement comme on la voit dans l'épisode 29), et Annie lui dit quelque chose comme : "The good Dale is in the Lodge and he can't leave. Write in in your diary." Elle fait donc
référence à la fin de la série, qui a lieu chronologiquement 1 mois après la mort de Laura... Je me demandais, d'ailleurs, si Laura a suivi le conseil d'Annie et écrit ça dans son journal. Il n'y
est jamais fait référence (imagine la tête de Coop si, en lisant le journal de Laura post-mortem, il voit qu'on y parle de lui...^^).

La Black Lodge est aussi une sorte de mélange entre passé, présent et futur (encore une fois, je me réfère au poème de Mike : "Through the darkness of future past..."). Les vivants y croisent des
morts, on y voit des flash-backs (ex. : Coop se revoyant lui-même par terre, avec Caroline morte), des actions futures (ex; : un Coop beaucoup plus âgé...). Bref, un gros bordel temporel, pour
ainsi dire. =)


Pour les petits vieux de "Mulholland Drive", tout à fait d'accord. En effet, dès le début, ils ont l'air de savoir parfaitement comment tout va finir - leur rire moqueur dans la limousine me paraît
assez clair (cette scène me terrorise même au bout de 100 visionnages). Ils rient ouvertement de la naïveté de Betty. Je me demande pourquoi à la fin, on les voit en miniature, et aussi pourquoi
ils sortent du sac poubelle du clochard derrière Winkie's... Que penses-tu du personnage du clochard, d'ailleurs ? Il me laisse perplexe. Il y a une analyse intéressante sur un super site dédié au
film : http://www.mulholland-drive.net/cast/bum.htm


Back to "Twin Peaks" : pour le Géant, je pense en effet qu'il s'agit du pendant du Nain (le fait qu'il y ait un géant et un nain n'est pas anodin en soi). En tous cas, c'est sûr qu'il représente
une entité positive là où le Nain a plutôt l'air maléfique (encore que, le Nain lui-même a son doppelgänger dans la Black Lodge). J'aime bien ton interprétation du pourquoi le Géant aide Coop,
parce que Laura a résisté au Mal et que son but est de mettre fin au "règne" de Bob. Ça me paraît une bonne explication.

Effectivement le Géant ne se sert pas du serveur à chaque fois ; mais il semble tout de même prendre toujours la place de quelqu'un. Le serveur, Julee Cruise (sur laquelle je me suis toujours posé
des questions, il n'est pas impossible qu'elle est un lien quelconque avec la Lodge) ou le maire au concours de Miss Twin Peaks ; il apparaît toujours en lieu et place d'un autre personnage...

Je me disais aussi que les premières fois qu'il vient rendre visite à Coop, il n'est pas anodin que le Géant profite de moments où celui-ci a l'esprit plus ou moins "à découvert", mis à nu, sans
défense : soit dans son sommeil, soit dans un état de semi-conscience (lorsqu'il est blessé). Peut-être qu'il est plus facile de s'immiscer dans son esprit lorsqu'il est vulnérable comme ça. Puis,
une fois que Coop a accepté l'existence et l'aide du Géant, ce dernier peut apparaître ouvertement et communiquer facilement avec lui...


Concernant la dernière apparition du Géant et la non-réaction de Coop, tu as peut-être raison : peut-être que le fait qu'il soit amoureux perturbe ses sentiments et sa "réception" d'habitude si
limpide à tous ces messages. Là, il n'en tient carrément pas du tout compte. Quant à la Black Lodge, ce qui s'y passe est en tous cas intimement lié à cet amour... C'est comme ça qu'il y entre
déjà, pour sauver Annie ; et c'est là qu'il accepte de donner son âme pour qu'elle survive (certes, il avait prévu de la donner à Earle, pas à quelqu'un d'autre...). Amour et peur sont, de toute
façon, les deux sentiments permettant l'accès à la Black Lodge. Coop s'est en quelque sorte sacrifié pour Annie.

Certaines théories affirment que si Coop est possédé par Bob à la fin, c'est parce qu'il a affronté la Black Lodge avec un "courage imparfait" (cf. les paroles de Hawk), qu'il a pris la fuite
devant son propre doppelgänger ; je ne suis pas vraiment d'accord avec cette idée. Pour moi, c'est plutôt à cause de l'amour que ça a foiré (comme tu disais). Qu'est-ce que tu en penses ?


Maintenant, le problème avec Coop et les femmes, c'est que ce n'est pas la première fois que ça foire. Il a déjà commis l'erreur 4 ans auparavant avec Caroline (censé la protéger, pas été assez
prudent, et elle est morte). Ensuite, il se reproche d'avoir fait la même erreur avec Audrey - même si là, je le trouve sévère avec lui-même ; il n'y était pour rien dans le kidnapping d'Audrey
(c'est juste que Jean Renault voulait sa peau), et il lui a sauvé la vie. Après ça, il dit à Harry que jamais, jamais il ne refera ce genre de faute. Et là, avec Annie, re-belote... Censé la
protéger (il savait bien qu'Earle était dans les parages), pas été assez prudent, et on lui a fait du mal. Même sans l'avertissement du Géant, il n'a quand même pas fait bien attention à Annie.
Étant donné ses antécédénts, on aurait pu penser qu'il la protégerait comme la prunelle de ses yeux. Clairement, être amoureux lui pose problème !

(D'ailleurs, Annie est visiblement le doppelgänger de Caroline Earle ; non seulement leur histoire se répète, mais dans la Black Lodge, Coop confond les deux femmes. Il les voit habillées avec la
même robe, puis il voit Caroline morte dans ses bras, remplacée par Annie morte dans ses bras ; puis Annie lui parle en disant "Who's Annie ? I'm Caroline"... Caroline lui parle en disant "I'm
alive, you must be mistaken...". On revient au fait que, comme tu disais, chaque personne chez Lynch a son double. Je suis sûre qu'en creusant un peu, on peut trouver le double de 100% des
personnages de "Twin Peaks".)

Voilà voilà, encore un loooong message sur lequel j'ai hâte de connaître ton point de vue ! =)


Archives

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog