Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Aug

Testament à l'anglaise de Jonathan Coe

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature

9782070736669_image.jpg

 

Editions Gallimard (Folio) - 682 pages
Littérature britannique

 
Michael Owen, jeune écrivain agoraphobe, est engagé par la vieille et démente Tabitha Winshaw pour écrire une chronique sur son illustre famille. Cette dynastie est en effet présente dans tous les domaines de la vie publique anglaise : politique, art, entreprise, finances, journalisme... Mais lorsque Michael découvre l'ampleur de sa tache, il est loin de se douter des vices et méfaits commis par l'ensemble des membres de cette famille... Et si la tante Tabitha disait vrai ? et si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en réalité des crimes maquillés ?

 

MON AVIS : 
 
Présenté comme un fin mélange de thriller noir et de comédie à l'humour tout britannique, Testament à l'anglaise peine à entrer dans l'une ou l'autre de ces catégories. A la fois riche en personnages, en description et en rebondissements, il souffre cependant d'une trop grande richesse de situations. Des rebondissements peu crédibles alliés à de longues descriptions perdent le lecteur dans les méandres d'une satire politique maladroite. Une écriture pourtant fluide et mesurée qui ne réussit cependant pas à sauver le roman qui s'essouffle au fil des pages et souffre de longueurs.
Difficile de s'attacher à ces personnages parfois inutiles souvent caricaturaux et à leurs mésaventures dans une société créée pour eux. Une fin trop attendue pour un ensemble décevant.

Par deux fois déjà la tragédie avait frappé les Winshaw, mais jamais avec une telle intensité.
Le premier de ces incidents nous ramène à la nuit du 30 novembre 1942, durant laquelle Godfrey Winshaw, qui n'avait alors que trente-deux ans, fut abattu par un tir antiaérien allemand lors d'une mission secrète au dessus de Berlin. La nouvelle, qui parvint à Winshaw Towers aux petites heures du matin, suffit à faire perdre complètement la tête à sa soeur ainée Tabitha, et elle ne l'a pas retrouvée depuis. (...)
Par une curieuse ironie, cette même Tabitha Winshaw, aujourd'hui âgée de quatre-vingt-un ans et pas plus saine d'esprit qu'elle ne l'a été durant les quarante-cinq dernières années, se trouve être, amis lecteurs, le commanditaire, la mécène, du livre que vous tenez en main. Écrire avec objectivité sur son état devient ainsi une tâche quelque peu problématique. Cependant, il faut établir les faits, et les faits sont les suivants : depuis le moment où elle a appris le décès tragique de son frère, Tabitha a été la proie d'une illusion baroque. En un mot, elle a conçu l'idée (si on peut parler d'idée dans son cas) qu'il n'avais nullement succombé à des balles nazies, mais que le responsable de cette mort brutale était leur frère Lawrence.

Commenter cet article

ta d loi du cine 19/08/2011 21:33


Bonsoir Yuko, ce roman fait partie de ceux que j'avais beaucoup aimé (il y 12 ou 13 ans). Je me suis promis de le relire car je n'ai aucun souvenir de l'histoire. Je suis désolée que tu n'aies pas
aimé. Bonne soirée.


Yuko 22/08/2011 12:00



J'étais curieuse de lire ce livre après avoir lu tant de belles critiques sur divers blogs littéraires mais au final, le charme n'a pas opéré sur moi. Néanmoins, je
suis curieuse de savoir ce qui t'avait tant plu dans ce livre :) Bonne journée à toi !



Thomas Grascoeur 17/08/2011 13:33


Dommage de tomber dans la caricature pour un tel sujet...


Yuko 22/08/2011 11:12



C'est vrai et c'est d'autant plus dommage de créer des personnages qui encombrent l'histoire sans y apporter une touche personnelle...



My little discoveries 17/08/2011 10:10


Je n'ai jamais lu cet auteur mais ton billet ne m'incite pas à commencer par ce livre... Bisous Yuko!


Yuko 22/08/2011 11:03



C'est très subjectif bien sur mais je n'ai pas du tout accroché... Bisous à toi !



sybilline 16/08/2011 22:34


En général les livres de cet auteur ne m'attirent pas: leur côté souvent décrit comme burlesque me rebute, néanmoins il y a un roman de Coe qui se détache de cet ensemble, c'est "La Pluie, avant
qu'elle tombe", une histoire superbe et émouvante qui serait un chef d'oeuvre si l'écriture de Coe était à la hauteur de son talent de conteur


Yuko 22/08/2011 11:02



C'est justement ce côté burlesque qui m'a dérangé. Pourtant, chez certains auteurs, je trouve ça réussit ... Je passe donc mon tour sur ce livre ! Par contre, je ne
connais pas "La pluie, avant qu'elle tombe" mais je suis curieuse d'en savoir plus à son sujet :) Bises !



tinalakiller 16/08/2011 18:11


l'histoire ne m'a pas trop convaincue


Yuko 18/08/2011 00:50



Je comprends :)



Archives