Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Jan

Une gourmandise de Muriel Barbery

Publié par Yuko  - Catégories :  #Littérature


27535-gf 
Editions Folio - 165 pages

Littérature française

 

Il est le plus grand critique culinaire du monde, le roi de la gastronomie, une plume franche et décisive...  mais demain, il va mourir. Il le sait mais ne s'en soucie guère. Aux portes de la mort, une seule idée anime son esprit, une saveur qu'il a connu autrefois, une saveur d'enfance ou d'adolescence, un plat unique et délicieux qu'il recherche en vain au gré de ses années de festin...
De souvenirs en souvenirs, de rencontres en régal, il nous offre un voyage gustatif aux confins des campagnes, potagers et fragrances de son enfance jusqu'à parvenir à la saveur ultime.. celle qui a fait basculer sa vie entière et a déterminé son destin...

 

MON AVIS :

Pour son premier roman, l'auteur de L'élégance du hérisson nous plonge dans un monde fait de saveurs et de senteurs délicieuses, de mets merveilleux et de rencontres exceptionnelles... Parfaitement retranscrit, le goût devient un sens unique et raffiné. Le roman souffre cependant de phrases répétitives nouant adjectifs et superlatifs sans réelle conviction. Difficile aussi de s'attacher aux personnages qui gravitent autour du critique tant les lignes qui leur sont accordées sont minces... Un roman divertissant mais sans réel pouvoir novateur...

J'ai tenu l'éternité dans l'écorce de mes mots et demain, je vais mourir. Je vais mourir en quarante-huit heures - à moins que je ne cesse de mourir depuis soixante-huit ans et que je ne daigne le remarquer qu'aujourd'hui. Quoiqu'il en soit, la sentence de Chabrot, le médecin et l'ami, est tombée hier "Mon vieux, il te reste quarante-huit heures".
Quelle ironie ! Après des décennies de boustifaille, des flots de vin, d'alcools en tout genre, après une vie dans le beurre, la crème, la sauce, la friture, l'excès à toute heure, savamment orchestré, minutieusement cajolé, mes plus fidèles lieutenants, le sieur Foie et son acolyte l'Estomac, se portent à merveille et c'est mon coeur qui me lâche. Je meurs d'une insuffisance de coeur. Quelle amertume aussi ! J'ai tant reproché aux autres d'en manquer dans leur cuisine, dans leur art que je n'ai jamais pensé que c'était peut-être à moi qu'il faisait défaut, ce coeur qui me trahit si brutalement, avec un dédain à peine dissimulé tant le couperet s'est aiguisé rapidement...

Commenter cet article

Axel 06/01/2010 16:56


Heu... je voulais dire "ton" blog désolé ^^


Yuko 08/01/2010 15:41


@ Vlad : Je serais vraiment curieuse de savoir ce que tu penses de ce livre ^^ (en plus, comme tu es un expert en la matière, tu seras certainement plus disposé que
moi à saisir toutes les subtilités que nous offre l'auteur ^^

@ Axel : Hé hé hé... Oui, on pourrait effectivement pensé à "Ratatouille" ou encore au "Festin de Babette" qui pour le coup est un film biiiiiiiiiennnnnnn plus vieux mais magnifique ^^


Axel 06/01/2010 16:56


Ce doit être un livre intéressant :)
L'histoire est originale et me fait penser à Ego dans le dessin animé Ratatouille :3
Et pour le fanart, YOU CAN le mettre sur mon blog chère "Yuko-ko" :p
(SCHBAFFF!)


Vlad 06/01/2010 13:44


Le sujet me tente bien et l'extrait que tu as choisi et très bien écrit je trouve. A l'occasion, je n'aurais rien contre le fait de le lire ca a l'air vraiment un bon livre même si ca pourrais me
rappeller le boulot ^^


Archives